Avez-vous déjà entendu parler de la “guerre des talents” ? Ce terme employé à la fin des années 90 pour désigner une pénurie de ressources ou compétences et les difficultés à recruter ou retenir ses meilleur(e)s employé(e)s, est plus que jamais d’actualité. Avec le succès croissant du e-commerce - qui a bondi de 15,1% en 2021 par rapport à 2020 en France et de plus de 16,2% au niveau mondial sur la même période, le nombre de commandes à traiter est toujours plus important. En contraste, on observe une pénurie de talents pour faire face à cette croissance. Ce constat est plus fort encore dans le secteur du Transport et de la Logistique, secteur méconnu, peu visible et souffrant d’une image peu attractive.

Si la question de la diversité dans ses équipes est avant tout un enjeu social, les entreprises ont aussi bien compris que s’ouvrir à une multitude de talents était également devenu un enjeu économique et une nécessité. Celles qui promeuvent l’inclusion constatent ainsi des effets positifs sur leurs performances, et y voient la clé de la réussite de leur activité. Selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte (diversité et inclusion, janvier 2020), les entreprises qui pratiquent une politique inclusive génèrent jusqu'à 30% de chiffre d’affaires supplémentaire par salarié et une profitabilité supérieure à celle de leurs concurrents.


Envie de rejoindre une entreprise engagée en matière de diversité ? Cliquez ici pour en savoir plus sur GEODIS !
 

 

Diversité et compétences : être plus inclusif pour ne plus passer à côté des talents

La pénurie de talents est déjà une réalité dans le domaine de la logistique. En 2020, 92% des employeurs du transport et de la logistique interrogés par ManpowerGroup dans le cadre d’une étude estimaient avoir du mal à recruter.

Du fait de l’essor fulgurant du e-commerce, il faut toujours plus de main d’œuvre pour gérer, stocker et livrer les marchandises. Certaines professions sont particulièrement recherchées, comme les caristes qui gèrent les flux de marchandises au sein des entrepôts, les préparateurs de commandes ou les chef(fe)s de quai logistique et les inventoristes qui préparent les commandes pour chaque client. Le rythme est soutenu, peu évolutif, ce qui représente un challenge pour les employeurs pour retenir leur main d’œuvre et rester attractifs …

 

Compétence first !

Il est de fait indispensable de mettre le critère de compétence au premier plan, en laissant de côté les autres considérations liées à l’identité des personnes postulant… Cela vous semble évident ?
En théorie, chacun souhaite évidemment éviter les discriminations. C’est même une obligation légale dans de nombreux pays. Aux Etats-Unis, le Civil Rights Act interdit toute différenciation fondée sur la couleur de peau, le genre, l’origine ou la religion. Le code du travail français intègre des dispositions similaires.

Mais en pratique, de nombreux biais souvent inconscients persistent, souvent par habitude et facilite. Encourager la diversité au sein de ses équipes n’est pas toujours simple. Il faut notamment se confronter à l’héritage des pratiques, ses propres idées reçues et les dépasser, en recrutant des femmes dans des métiers principalement occupés par des hommes, par exemple. De la même façon, on peut hésiter à embaucher de jeunes professionnels, moins vite opérationnels. Pourtant, pour les jeunes générations, le transport et la logistique sont des secteurs où le travail fait sens : la valeur ajoutée qu’ils apportent à chaque livraison est indéniable, les plus jeunes ont en effet bien compris les enjeux derrière la vente en ligne et la livraison.

 

Le cercle vertueux de l’inclusion

En recrutant la bonne personne au bon endroit sur la base de ses compétences et du sens données aux missions, les entreprises s’assurent une garantie de performance, mais aussi de motivation. En effet, on observe un meilleur engagement des collaborateurs lorsqu’ils se réalisent et comprennent leur valeur ajoutée dans leur vie professionnelle.

Une étude du cabinet Boston Consulting Group a montré qu’une culture d’entreprise axée sur l’inclusion se traduit par un sentiment d’intégration et de satisfaction, par une productivité et un engagement accru, qui génèrent 19% d’innovation supplémentaire, et des marges plus élevées que dans les autres entreprises. “Ceux qui se disent heureux au travail sont 1,5 fois plus susceptibles de déclarer vouloir toujours donner le meilleur d'eux-mêmes. En revanche, les mécontents sont 4,6 fois plus susceptibles d'indiquer qu'ils quitteront probablement leur employeur dans les six mois à venir”, résument Les Echos.

L’intelligence collective est aussi au service du client qui bénéficiera de l’inclusivité, et ce d’autant plus lorsqu’elle est envisagée de façon pérenne et durable. Le terme “sustainable value” illustre bien ce concept.

Dans un ouvrage dédié au sujet, l’auteur et professeur Chris Laszlo estime que les entreprises qui “font les choses bien” en termes d’équité sociale, d’environnement et de RSE en général, sont celles qui s’en sortent le mieux. Pour lui, l’inclusivité fait partie des leviers qui octroient aux sociétés des avantages compétitifs sur le long terme.

Encore faut-il réussir à mettre en place ces politiques au sein de son organisation… L’exemple de l’égalité des genres dans le processus de recrutement est éloquent.

 

Parité : comment favoriser l’attractivité des métiers de la Supply chain aux yeux de tous et toutes ?

Comme le rappelait le média The Conversation “historiquement, le domaine de la logistique est un métier d’hommes”. Dans le secteur du transport, les femmes ne représenteraient que 2% des employés. Du côté de la logistique, elles formaient 17% des effectifs en 2014 d’après l’INSEE.

Il existe relativement peu d’études plus récentes sur le sujet, mais entre 2016 et 2019, Awesome and Gartner notaient une féminisation de ces métiers, tout en pointant du doigt la persistance d’une sous-représentation des femmes aux postes de management. Parmi les seniors managers de la Supply Chain, on ne compterait que 29% d’employées.

Gartner figures

Plusieurs mesures peuvent encourager la parité au niveau de l’environnement de travail. Elles concernent notamment la pénibilité, avec des dispositifs d’aménagement des postes. Des tâches peuvent être automatisées afin d’être plus accessibles à tous et toutes.

Lire aussi : Automatiser ses entrepôts avec les bonnes technologies

L’aménagement des emplois du temps constitue aussi une mesure intéressante. Il concerne les horaires de nuit, mais aussi les congés paternité et maternité, le nombre de congés payés, etc.

 

Stop aux idées reçues !

Enfin, il est important de s’attarder sur la lutte contre les idées reçues. Comme nous l’avons évoqué plus tôt, l’idée que le secteur de la logistique soit réservé aux hommes est encore bien imprégnée dans l’imaginaire collectif. La mise en place de programmes encourageant les femmes à postuler contribue à contrer ceci. On peut citer des programmes de réduction de l’écart salarial, de mentorat, la mise en avant de role models féminins, des ateliers visant à mettre en avant leurs talents, leur nomination à des postes à responsabilité, des labels comme le GEEIS (Gender Equality European & International Standard), ou encore des indicateurs parité qui permettent aux managers encourageant la parité d’obtenir leur bonus de performance.

Grâce à la combinaison de ces mesures, GEODIS comptait déjà 37% de femmes parmi ses équipes en 2017, dont 13% de top executives. En 2020, le pourcentage d’employées aux postes de direction du groupe atteignait les 18%. En 2021, il était de 20%, avec un objectif de 25% pour 2023.


Découvrez notre podcast dédié aux femmes dans la logistique avec Voxlog
 

L’inclusivité ne se limite évidemment pas à l’égalité des genres. Elle doit s’envisager de manière globale et peut aussi concerner les personnes en situation de handicap ou les minorités visibles.

 

Valoriser les compétences spécifiques des personnes en situation de handicap

Toujours dans la perspective de valoriser les bonnes compétences au bon endroit pour un meilleur service client, il est important de combattre les idées reçues au sujet des personnes en situation de handicap.

Aux Etats-Unis, GEODIS a recruté des personnes atteintes d’autisme à des postes qui nécessitent une très grande capacité de concentration, avec des tâches relativement répétitives. Ces employé(e)s étaient doté(e)s de facultés supplémentaires pour réaliser ces missions. Ils se sont aussi avérés particulièrement assidus, ponctuels, polyvalents, autonomes et attachés au respect des consignes.
L’inclusion ne rime donc pas avec moins d’efficacité. Au contraire, lorsque les particularités de chacun sont prises en compte, c’est là que l’on obtient les meilleures performances et la meilleure expérience collaborateurs.
Depuis les premiers tests, plusieurs personnes en situation de handicap ont signé des CDI chez GEODIS, dans d’autres pays comme en France à Satolas-et-Bonce, en partenariat avec l’association d’insertion Messidor.

Le témoignage de Julien

 

La combinaison gagnante est finalement toute trouvée. Les entreprises doivent valoriser la compétence, l’inclusion et la motivation au service de leur business. Quant au reste, il est secondaire. Quelques aménagements sont bien sûr nécessaires, mais ils permettent de poser les fondations d’un succès durable et pérenne.

Pour cette raison, nous ne pouvons que vous encourager à ne pas vous en tenir aux dispositifs légaux de votre pays d’activité. En allant plus loin et en développant une véritable culture de la diversité au sein de votre entreprise, vous observerez de réels bénéfices…

 

 

186 views
Author
Audrey
Lemaitre
Responsable stratégie de recrutement & projet Ressources Humaines
Audrey has been in HR development position for 12 years and has significant experience in change management and HR projects. Prior to joining GEODIS, Audrey spent 5 years as Generalist HR with a specific role in recruiting. In his current role at GEODIS, she brings this experience to ensure that GEODIS recruits develops and retains talented people to support GEODIS’ growth

Vous aimerez aussi...

woman managing a meeting

Pourquoi avons-nous besoin de plus de femmes aux postes de direction ?

Une prise de position percutante de notre experte Kathleen Rehbein.
Offering efficient, environmentally friendly logistics is a challenge, but not a pipe dream

Comment mettre en place une logistique plus verte pour votre entreprise ?

Les professionnels de la logistique mettent en œuvre des solutions pour aider leurs clients à réduire leurs émissions de CO2 et améliorer leur politique RSE.
Video
Sustainable Aviation Fuels, a new pathway for shippers to decarbonize air freight

Les bio-carburants aériens, une nouvelle voie pour décarboner

Bio-carburant aérien : de quoi parle-t-on ? En quoi peut-il réduire l’empreinte écologique de votre logistique ?

Vous aimerez aussi...

woman managing a meeting

Pourquoi avons-nous besoin de plus de femmes aux postes de direction ?

Une prise de position percutante de notre experte Kathleen Rehbein.
Offering efficient, environmentally friendly logistics is a challenge, but not a pipe dream

Comment mettre en place une logistique plus verte pour votre entreprise ?

Les professionnels de la logistique mettent en œuvre des solutions pour aider leurs clients à réduire leurs émissions de CO2 et améliorer leur politique RSE.
Video
Sustainable Aviation Fuels, a new pathway for shippers to decarbonize air freight

Les bio-carburants aériens, une nouvelle voie pour décarboner

Bio-carburant aérien : de quoi parle-t-on ? En quoi peut-il réduire l’empreinte écologique de votre logistique ?